Le Nunti-Bō (lance)

Au premier coup d’œil sur le Nunti-Bō, on voit qu’il s’agit d’une arme et non d’un outil. Elle se rapproche de la « lance à crochets » d’origine chinoise. A l’extrémité d’un , on a emmanché un fer qui n’est autre qu’un « Nunte-Saï » ; un Saï à 2 pointes symétriques et à garde en « S ».

La lance ainsi obtenue se manie à peu près comme un ; si l’on excepte son équilibre spécifique, son poids assez conséquent et la présence de ce fameux crochet. Ce dernier se doit d’accrocher l’arme adverse, l’armure ou le col de l’adversaire ; et non votre propre coude ou vos côtes flottantes!

De nombreux coups de Nunti- peuvent être aussi donnés avec la hampe ; de la même manière qu’avec un . On retrouve ici le principe de « un bâton – deux extrémités »

Le kata de Nunti-Bō se pratique par ailleurs avec deux Saï, passées dans la ceinture et portées dans le dos. Des gestes de lancer de ces deux armes d’appoint figurent à la fin de ce kata.

Frédéric Méjias

About the author

Frédéric Méjias étudie les arts martiaux depuis 1972. Il a eu la chance de travailler avec de grands maîtres tels que Taiji Kase, Kenyu Chinen, Hiroyuki Shinkaï et Syouzou Tominaga. Il enseigne depuis 1986 le Karaté Shotokan, Kobudō d'Okinawa et Shindo Muso Ryu Jōdō.

Laisser un commentaire